Logements insalubres : Le RCLALQ souhaite que le plan d’action de la Ville de Montréal soit appliqué rigoureusement

Montréal, le 28 juin 2018 – Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) accueille favorablement le nouveau plan d’action de lutte aux logements insalubres dévoilé aujourd’hui par la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Plusieurs des revendications du RCLALQ semblent enfin avoir été entendues par la Ville de Montréal, notamment l’application des mesures coercitives envers les propriétaires délinquants. Le Regroupement reste néanmoins sur ses gardes, car au-delà du plan d’action, c’est l’application soutenue de la règlementation qui permettra réellement d’endiguer l’insalubrité des logements.

Le RCLALQ ne peut que se réjouir de la volonté affichée de l’administration montréalaise de prioriser l’utilisation des outils coercitifs contre les propriétaires délinquants. « Que ce soit par la remise systématique de constats billets et de constats d’infraction ou encore par l’entremise de travaux effectués en lieu et place des propriétaires (pour ensuite leur refiler la facture), la Ville de Montréal doit une fois pour toutes utiliser les outils à sa disposition pour lutter efficacement contre l’insalubrité. Rappelons qu’environ le tiers des ménages locataires montréalais vit avec au moins 1 problème d’insalubrité, que ce soit des moisissures, de la vermine, des infiltrations d’eau ou encore des punaises de lit », affirme le porte-parole du RCLALQ, Maxime Roy-Allard.

Plusieurs autres mesures intéressantes se retrouvent dans le plan d’action, comme de procéder à un grand nombre d’inspections préventives (environ 30 000 en 4 ans). Toutefois, le RCLALQ espère que cet effort supplémentaire se conjuguera à un meilleur suivi des dossiers, puisqu’encore aujourd’hui, un nombre important de dossiers sont fermés alors que les problèmes d’insalubrité ne sont pas réglés.

Le RCLALQ salue également l’augmentation des ressources allouées à la lutte à l’insalubrité, notamment par l’embauche d’inspecteurs et inspectrices supplémentaires à la Ville centre, mais réitère que les arrondissements doivent aussi voir leurs effectifs augmentés. « Les arrondissements sont les premiers répondants quand les locataires signalent des problèmes d’insalubrité. Pourtant, ils sont surchargés et souvent mal équipés pour repérer l’humidité dans les logements. Il est urgent que la mairesse donne plus de moyens aux arrondissements », selon le porte-parole du RCLALQ.

Enfin, la libération des données sur l’insalubrité dans sur nouvelle plateforme web permettra enfin d’avoir un meilleur aperçu du travail de la Ville et des arrondissements, ce que le RCLALQ réclame depuis plusieurs années.

« La mairesse Valérie Plante affirme vouloir faire de l’habitation et de la salubrité des logements une priorité pour son administration. Il faut maintenant passer de la parole aux actes pour garantir un logement sain et sécuritaire pour l’ensemble des locataires de Montréal », plaide M. Roy-Allard.

Il est possible de consulter le plan d’action de la Ville ici.

Renseignements :

Maxime Roy-Allard, RCLALQ, 514-781-2220

2018-06-28T15:12:53+00:00