Insalubrité des logements : Le FRAPRU et le RCLALQ revendiquent un code du logement provincial

Insalubrité des logements : Le FRAPRU et le RCLALQ revendiquent un code du logement provincial

Montréal, Sorel-Tracy, Berthierville, le 19 septembre 2018. Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) joint aujourd’hui la Marche De villes en villages pour le droit au logement organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) pour réclamer un code du logement provincial. Afin de lutter efficacement contre les conditions insalubres de logement, les deux regroupements pressent le prochain gouvernement à doter la province d’une législation qui protègera la santé et la sécurité des locataires.

« Encore trop de locataires vivent dans des conditions de logement inacceptables. Selon des données de la Société d’habitation du Québec de 2013, près du tiers des ménages locataires des régions métropolitaines disent vivre avec au moins un problème d’insalubrité. Vivre dans un logement salubre ne devrait pas être un luxe, mais un droit », affirme le porte-parole du RCLALQ, Maxime Roy-Allard.

À ce jour au Québec, seule une poignée de municipalités sont dotées d’une règlementation sur la salubrité des logements. Ce n’est pas le cas de Berthierville où prendra fin la marche partie de Contrecoeur. À Sorel-Tracy, où feront halte les marcheurs et les marcheuses avant de prendre le traversier, un tel règlement existe, mais il est souvent difficile de le faire appliquer. Or, pour les locataires de ces villes avec des mauvaises conditions de logement, nul d’autres choix que de se tourner vers la Régie du logement alors que les délais pour obtenir une audience sont très longs. Afin de protéger l’ensemble des locataires du Québec et d’uniformiser les règles, il est urgent d’instaurer un code du logement provincial définissant les normes suffisantes quant à la salubrité, la sécurité et l’entretien des logements.

Les deux regroupements mettent en garde un gouvernement qui voudrait régler les problèmes d’insalubrité des logements strictement via les programmes d’aide à la rénovation. « Ces programmes peuvent avoir des effets pervers pour les locataires, comme des hausses de loyer abusives. Il faut plutôt augmenter les investissements dans des projets d’achat et de rénovation d’immeubles existants pour en faire des logements sociaux », réclame Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU.

Des rassemblements portant ces revendications auront lieu dans le cadre de la marche à 11h30, à Sorel, avec Action logement Pierre-De-Saurel et différents organismes communautaires de cette ville, ainsi qu’à 14h30, à Saint-Ignace-De-Loyola où Action logement Lanaudière et d’autres organismes de la région attendront les marcheurs et les marcheuses à leur sortie du traversier.

-30-

Renseignements :

Maxime Roy-Allard, RCLALQ, 514-781-2220

Véronique Laflamme, FRAPRU, 418 956-3403

 

À propos de la marche De Villes en Villages pour le droit au logement

Organisée par le FRAPRU, De villes en villages pour le droit au logement est une marche de 550 km reliant les 2 capitales. Partie d’Ottawa le 2 septembre, elle prendra fin à Québec le 29 septembre. De 30 à 100 personnes de différentes régions et de tous les âges marchent chaque jour, pendant 28 jours. Cet événement vise à mettre en lumière les graves dénis du droit au logement qui sévissent, partout au Québec, et à réclamer des engagements ambitieux de la part des gouvernements afin d’y mettre un terme.  Le calendrier complet de la marche est disponible au lien suivant.

2018-11-27T20:15:36+00:00